Après avoir remonté la Seine à bord de leurs drakkars impressionnants, Rollon et ses troupes commencent le siège de Paris (aux alentours de l'an 886)

Un moine, Abbon de St Germain des Prés, assista à cette confrontation. Il relate ce qu'il a vu lors de ce siège, qui dura 87 jours, de novembre 885 à février 886. Siegfried, un viking qui ne devait pas être chef de cette armée, mais plutôt une sorte d'ambassadeur sachant maîtriser le latin afin de pouvoir parlementer avec les chrétiens, demande à parler à la plus haute autorité de la cité. Gauzlin, l'évêque de Paris, accepte de le rencontrer. Siegfried demande à ce que les Parisiens laissent passer la flotte plus en amont, en échange de quoi, la cité ne sera pas attaquée. Gauzlin refuse la proposition de l'ambassadeur viking.

Image:EudesParis.jpg

Les Vikings lancent leur premier assaut contre la cité le 26 novembre  885, puis recommencent les 27 et 28. Les Francs peuvent compter sur un dispositif défensif efficace, à savoir un pont muni d'échauguettes et le tout, couvert par une tour, dont le rayon d'action des archers et des jets de projectiles rend toute progression impossible.

Le_collier_de_Rollon___sept_2006_juste_avant_l_exposition_017

Durant ce premier assaut 300 assaillants sont tués ce qui oblige les Vikings à changer de tactique en vue d'assiéger la ville. Tandis qu'ils édifient leur camp à Saint-Germain l’Auxerrois, la cavalerie viking pille les alentours. Durant deux mois, ils construisent divers engins de sièges qui mettent à mal les défenses de la cité. Fragilisée par les attaques vikings, la tour de la défense parisienne s'enflamme et s'écroule sur elle-même.

Si_ge_de_Paris

L'évêque Gauzlin décide alors de négocier avec les Vikings, leur proposant 60 livres contre leur retraite. Payé, Siegfried entraîne sa troupe à la conquête facile de Bayeux mais nombre de soldats n'ont pas profité de ce tribut et refusent de le suivre. Ils persistent dans leurs attaques mais ne remportent pas de succès.